___

Actualités ukrainiennes du dernier jour de janvier

31 Jan 2014
Actualités ukrainiennes du dernier jour de janvier
0 Flares 0 Flares ×

La revue de la presse ukrainienne par Lina.

17h49. Les médecins n’ont pas autorisé à interroger Dmytro Bulatov.

Le député de la partie «Batkivchtchyna», Mykola Knyazhytskiy a averti par téléphone la chaîne d’information TVi sur la situation à l’hôpital «Boris», où les policiers sont venus chercher Dmitry Bulatov.
« Il se trouve dans un très mauvais état. Une dizaine de policiers sont arrivés, il y a beaucoup de véhicules. Les médecins ne permettent pas de mener une enquête. De nombreux députés se trouvent en ce moment à l’hôpital : Vitali Klitschko, Igor Mirochnitchenko, Oksana Prodan. Nous veillons à ce que la loi soit respectée, »  a dit le chef de l’opposition. >lire la suite en ukrainien

16h58. Tentative d’arrestation de l’activiste de l’AutoMaïdan, Dmytro Bulatov, qui se trouve toujours à l’hôpital où il a été amené après son enlèvement.

Cette information a été donnée par Nikolaï Knyazhytskyy, membre de la partie « Batkivchtchyna » (« Patrie »), sur sa page Facebook:
«En ce moment même, la police tente d’arrêter Bulatov. Journalistes et députés qui se trouvent à proximité, venez ici « . >lire la suite en ukrainien

 16h33. Le siège de la résistance nationale mène a propre enquête sur l’enlèvement des manifestants. Cela a été annoncé aujourd’hui lors d’une conférence de presse par  Oleksandr Tourtchynov, coordinateur de la Résistance nationale. Selon lui, en Ukraine il y a eu une  fusion des structures des forces de l’ordre et des criminels qui fonctionnent en tant qu’un groupe criminel et organisé. « Les mêmes schémas ont été utilisés pour les enlèvements et les tortures des manifestants activistes Yuri Verbitsky, Igor Loutsenko et Dmitry Bulatov » a dit O. Tourtchynov. >lire la suite en ukrainien

16h22 Galerie. Les visages de l’EuroMaïdan.

Après la tentative de réprimer la manifestation pacifique, des centaines de milliers de citoyens sont descendus dans la rue. Les protestations se sont intensifiées après le 16 janvier 2014, quand la Verkhovna Rada (le Conseil Suprême d’Ukraine, le Parlement ukrainien) a adopté un certain nombre de soi-disant « lois dictatoriales » (31 janvier, le président Viktor Ianoukovitch a approuvé la suppression des «lois du 16 janvier », NDLR), qui limitaient les droits et les libertés des citoyens.
19 janvier, une confrontation entre les manifestants et les forces de l’ordre a commencé rue Hrouchevskiy. Des centaines de personnes ont été blessées, il y a eu des morts, et des manifestants ont été arrêtés.
Les actions de protestations se poursuivent. Les manifestants déclarent qu’ils vont rester jusqu’à la victoire. >lire la suite en ukrainien

14h06. Le président Viktor Ianoukovitch a signé la loi approuvée par le Parlement sur l’abolition des 9 lois dictatoriales. Il a également signé une loi sur la prévention du harcèlement des participants des manifestations pacifiques. >lire la suite en ukrainien

13h54. La semaine prochaine, le Parlement européen prévoit d’organiser un débat extraordinaire et d’adopter une résolution sur la détérioration de la situation en Ukraine. La résolution sera votée jeudi, le 6 février, dans le cadre de la session europarlementaire qui se déroulera à Strasbourg du 3 au 6 février.

A titre de rappel, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a approuvé le 30 janvier une résolution ferme sur l’Ukraine, qui a été soutenue par la fraction  du Parti des régions. « Initialement, la résolution statuait que toute la responsabilité incombait au gouvernement ukrainien. Maintenant, elle admet que la violence venait des deux côtés, et souligne qu’il est nécessaire de rechercher une solution pacifique »,  a remarqué le député du Parti des régions Ivan Popescu. >lire la suite en ukrainien

11h41. L’état de santé de Dmytro Bulatov est stable, mais il est impossible de savoir quand il pourra sortir de l’hôpital. >lire la suite en ukrainien

10h32. Le vice-ministre de l’Intérieur Viktor Ratouchnyak a refusé le projet d’augmentation de nombre des Berkut à 30 mille personnes. Mais il faut prendre en considération les faits suivants.

Dans notre pays (d’après Dmytro Touzov, journaliste), les déclarations et les actions des fonctionnaires ne coïncident pas toujours avec la réalité. En outre, il est connu que le budget de l’organisme d’exécution cette année a augmenté de plus de 2 milliards de hryvnias (soit 171 750 000 euros), ce qui donne aux agents les possibilités supplémentaires de regroupement de forces.
Ainsi, le problème de la forte augmentation des Berkut doit rester dans le champ de vision des politiciens de l’opposition, de la société et des media. D’autant plus que le nombre des collaborateurs du ministère de l’Intérieur dans notre pays a depuis longtemps largement dépassé la limite, typique des pays modèles des droits et libertés civils.
En Ukraine, il y a plus de 660 policiers pour 100 mille habitants. Étant donné que l’ONU ne recommande que les 220 agents de police. En fait, nous sommes déjà un  état « de police ».
Il faut noter que Viktor Ianoukovitch n’a jamais été avare sur les dépenses en faveur des forces de sécurité, avec un budget de l’Etat assez limité dans ses ressources. >lire la suite en ukrainien

10h24. Une vidéo datant du 22 janvier, où les forces de Berkut tirent sur des activistes, a été publiée.

Comme a signalé plus tôt UNIAN, dans la nuit du 23 janvier, une confrontation a eu lieu entre les manifestants et les forces de l’ordre, rue Hrouchhevskiy. >lire la suite en ukrainien

9h35. Sergueï Glaziev, le conseiller de Poutine, bien connu en Ukraine, estime que V. Ianoukovitch n’a qu’un seul moyen de sortir de la situation actuelle, c’est « d’étouffer la rébellion ». « S’il ne le fait pas, il risque de perdre le pouvoir. » déclare-t-il. >lire la suite en ukrainien

8h41. V. Klitschko a déclaré que la torture de Boulatov est un moyen d’intimidation de tous les militants.

Le service de presse UNIAN a déclaré, que selon Klitschko qui a rendu visite à D. Boulatov dans la nuit à l’hôpital, « Ce qu’ils ont fait avec Dimitri, c’est un acte d’intimidation de tous les citoyens actifs. AutoMaïdan est un mouvement efficace, qui se bat contre le gouvernement, et beaucoup de ses membres ont déjà souffert, ils ont été battus, on avait endommagé leurs voitures, d’autres ont été arrêtés. Dmytro, l’un des leaders AutoMaïdan, est un homme qui n’a pas peur d’exprimer sa position civique, a été enlevé et torturé durant une semaine ». >lire la suite en ukrainien

30.01, 18h28. Les autorités, aussi bien que l’opposition, n’excluent pas l’évolution de « l’option militaire » en Ukraine, en dépit des accords conclus.

À Kyïv, sur le Maïdan, on refuse d’exécuter une loi d’amnistie, qui a été conçue selon les autorités pour résoudre la crise dans le pays. Dans l’Union ukrainienne de Helsinki sur les droits de l’homme, on déclare que cette loi met la Verkhovna Rada sur un pied d’égalité avec les pirates et les terroristes.

En anticipation au développement des nouvelles activités, le directeur de l’Institut de la politique publique Kost Bondarenko, n’exclut pas que l’option militaire peut être employée non seulement par le gouvernement, mais aussi par l’opposition.
«  Chaque partie craint que l’accord ne sera pas respecté. L’opposition accuse les autorités qu’elles avaient déjà violé l’accord, et les autorités à leur tour disent que l’opposition n’a aucun contrôle sur le Maïdan. Et l’option militaire est conservée sur les deux côtés. L’opposition n’a pas renoncé à rendre les établissements occupés, et cette pratique peut être poursuivie, de sorte que les opposants du gouvernement peuvent démontrer ainsi leur force. En même temps, les autorités n’ont pas encore définitivement abandonné les plans  d’introduction de l’état d’urgence et d’action de force». >lire la suite en ukrainien

________

Source photo:
http://tvi.ua/

 

0 Flares Facebook 0 Google+ 0 Twitter 0 Pin It Share 0 LinkedIn 0 Email 0 0 Flares ×