__

La célébration de Noël en Ukraine

06 Jan 2013
vertèpe
0 Flares 0 Flares ×

Si vous passez vos vacances de décembre et de janvier 2013 en Ukraine vous aurez l’impression que les fêtes n’y s’arrêtent jamais. Et je vous dirai que vous ne vous trompez pas !

Après les festivités de la Saint André, de la Saint Nicolas et de Noël célébré par les catholiques et les protestants, le peuple ukrainien fête le Nouvel An, et c’est à ce moment-là que les vacances d’hiver commencent, accompagnées des trois plus grandes fêtes tels que Noël, célébré par les orthodoxes et les gréco-catholiques, l’Ancien Nouvel An et le Yordan (le baptême de Jésus). Aujourd’hui, je vais parler de Noël.
Le 7 janvier, la fête de Noël est célébrée par les orthodoxes et les gréco-catholiques (d’après le calendrier julien) en Ukraine.
Pour le Réveillon de Noël (Sviatyï vetchir) du 6 janvier, les Ukrainiens préparent traditionnellement 12 plats, organisent une crèche (vertèpe) qui accomplisse des chants de Noël appelés les kolyadki.

Le vertèpe raconte l’histoire de la naissance de l’enfant Jésus dans des conditions difficiles et la victoire éternelle de la vie sur la mort. En plus des personnages de la Bible, les vertèpes sont souvent complétés par d’autres personnages tels que les lutins, les gitans, le diable et la Mort elle-même.


Vertep (région de Lviv)


Vertep (région de Zakarpattia)

Pourquoi 12 plats ?
Il y a de nombreuses croyances. Les uns estiment que pendant l’année la lune tourne autour de la terre 12 fois, les autres disent que les 12 plats correspondent aux 12 apôtres de Jésus Christ. La particularité de ces 12 plats est qu’ils doivent obligatoirement être maigres.

Parmi les 12 plats traditionnels de Noël vous dégusterez : la koutia (le blé bouilli, auquel on ajoute le miel, les noix, les graines de pavot et/ou les raisins secs), l’ouzvar (un bouillon à base de fruits secs: les poires, les pommes, les prunes, les cerises), les plats à base de poisson, du sarrasin, des haricots bouillis, des pois, des tartes aux légumes avec du chou ou des fruits, des plats de champignons, des goloubtsi (du riz cuit enveloppé dans des feuilles de chou), et des pampoukhi (une sorte de beignets sucrés), les varenyki (des grandes ravioles farcies de pomme de terre et/ou de champignons, de chou râpé), la soupe kapousnyak (à base de chou, assaisonnée d’huile de tournesol et de blé). Une attention particulière est accordée à la préparation de la koutia qui occupe la place d’honneur sur la table. Je me rappelle également que ma grand-mère mettait une gousse d’ail à chaque coin de table disant que cela protège la demeure des forces malfaisantes. Comme j’ai indiqué dans mon précédent article, le didoukh prend une place incontournable lors du Réveillon dans nombreux familles ukrainiennes, surtout à la campagne.

Une fois le diner terminé, les familles accueillent les vertèpes qui annoncent la bonne nouvelle de la naissance du petit Jésus. Ensuite, lors de la soirée, des groupes d’enfants parcourent des maisons en chantant les kolyadki et recevant en récompense de l’argent et des friandises. Le lendemain, les Ukrainiens et leurs familles vont à l’église pour la messe solennelle consacrée à Noël. Après la messe, tous prononcent « Христос народився – Khréstos narodévsia » (le Christ est né) dont la réponse est « Славімо його – Slavimo yoho » (Glorifiez-le) ! Le 6 janvier et les deux jours suivants, les familles se rendent visite en accueillant leurs hôtes avec des tablées, et vous l’aurez bien compris, très généreuses en nourriture et … en alcool. Vous comprenez ainsi, pourquoi, les femmes ukrainiennes et les hommes ukrainiens aussi (ne les oublions pas quand même) sont de très bons vivants.

——————

Sources photos :
 www.highlights-news.com
 www.kyivpost.com
0 Flares Facebook 0 Twitter 0 Email -- 0 Flares ×