___

Projection au ciné-club le 6 décembre

02 Déc 2012
Projection au ciné-club le 6 décembre
4 Flares 4 Flares ×

Projection du film Le Cocher de Nuit, « НІЧНИЙ ВІЗНИК », vostf et de L’homme à la Caméra, « ЛЮДИНА З КІНОАПАРАТОМ », vostf, musicalisé par Volodymyr Shpinov
Jeudi, 6 décembre à 18h00
Espace culturel de l’Ambassade d’Ukraine
22, avenue de Messine, Paris 75008, M° Miromesnil

Le Cocher de Nuit

copie restaurée en 2010, musicalisé par Arsène Trofimov
Production : VOUFKOU, Studio d’Odessa, 1929, nb, muet, 55 mn
Scénario : Mykhaïlo Zats, Heorhiї Tassine
Réalisation : Heorhii Tassine
Photographie : Albert Kun
Décors : Heinrich Baisenhertz, Josef Shpinel
Inteprétation : Ambroise Boutchma, Marie Ducimetière, Karl Tomskyi, Youriï Choumskyi, Mykola Nademskyi
Genre : drame social

COCHER DE NUITSynopsis

Durant la guerre civile, la ville d’Odessa se retrouve aux mains des interventionnistes. Pendant que le cocher de nuit, Hordiї Yarochtchouk, conduit les officiers blancs dévoyés, sa fille Katia imprime des tracs à son insu, aidée par le jeune bolchévik Boris. Hordiї, qui a fini son labeur plus tôt qu’à l’ordinaire, décide d’aller la chercher à la sortie de son travail. Il apprend que Katia a quitté son emploi depuis deux mois. Furieux, il rentre chez lui, aperçoit Boris et va le dénoncer. Par malchance, c’est Katia que le commissaire arrête, et Hordiї doit amener lui-même sa fille à la morgue où elle est tuée sous ses yeux. Le vieil homme erre toute la journée dans la ville. À nouveau interpellé par le commissaire qui vient d’appréhender Boris, il se rachète en faisant signe au prisonnier de sauter en marche avant de précipiter son attelage du haut de l’escalier Potemkine.

L’Homme à la Caméra

l'homme à la caméra, Dziga Vertov

Production : VOUFKOU, Studio de Kiev, 1929, nb, muet, 1h.07mn
Scénario : Dziga Vertov
Réalisation : Dziga Vertov
Photographie : Mikhaïl Kaufman, Gleb Troyansky
Montage : Elizaveta Svilova, Dziga Vertov
Genre : documentaire
Distinction : œuvre citée parmi les douze meilleurs documentaires de tous les temps au Festival International de Mannheim en 1964.

Synopsis

Un jour de la vie à Odessa. La ville s’éveille le matin. Un homme filme tout à l’improviste : les rues animées, le travail, les machines, les loisirs. À midi, la pause, puis le rythme reprend de plus belle, l’agitation grandit, la caméra s’emballe, les images se bousculent. Un œil mécanique se ferme, le soir tombe, la ville s’endort.

La projection est organisée par l’Ambassade d’Ukraine et le Ciné-club ukrainien

__
____________
 Sources :
 Ciné-club, Lubomir Hosejko
4 Flares Facebook 4 Google+ 0 Twitter 0 Pin It Share 0 LinkedIn 0 Email 0 4 Flares ×