___

Mon bonheur (Счастье моё), 2010, le film de Sergueï Loznitsa

18 Nov 2012
Mon bonheur (Счастье моё), 2010, le film de Sergueï Loznitsa
0 Flares 0 Flares ×

Mon bonheur, réalisé par Sergueï Loznitsa, production ukrainienne, russe, allemande, 2010, durée: 2h7min, avec Victor Nemets, Olga Shuvalova, Vlad Ivanov.

–          Où mène cette route ?
–          C’est pas une route, c’est une direction.
–          Une direction vers où ?
–          Nulle part

Ce dialogue entre 3 clochards et Gueorguyi, le héros principal,  est au cœur de  l’ambiance du film,   c’est l’image même de l’impasse du diable de l’époque post-soviétique.

« Mon bonheur », premier long-métrage du réalisateur ukrainien Serguei Loznitsa, a été  sélectionné à la compétition officielle du 63Festival de Cannes en 2010.  Loznitsa a écrit le script en se basant sur ses voyages à travers la Russie, d’où les paysans et les paysages singuliers, tristes, froids, nihilistes  et égoïstes, nous  évoquant la littérature de Dostoïevski, Gogol ou Tolstoï… Mais le réalisateur va plus loin en choisissant cette forme sombre et  cruelle de démontrer la corruption et l’impossibilité d’accepter toute différence avec des idées reçues dans les pays de l’ex-URSS. Il raconte l’histoire d’un jeune camionneur qui s’est détourné de sa route pour se retrouver dans un village perdu, au milieu de nulle part.  Cela bouleverse sa vie ainsi que la suite du film. Prévu d’être une histoire d’amour, « Mon bonheur »  se termine avec une Kalachnikov, comme tous les projets entamés par les Russes, dit Loznitza.

Les flashbacks  surgissent : l’histoire d’un vieux,  compagnon de route, jadis un jeune lieutenant d’après-guerre qui tue celui qui l’empêche de retrouver son bonheur proche avec une fiancée ; l’histoire d’un professeur de village assassiné par des militaires à cause de ses paroles non-conformistes. Les portraits sont intenses : ce sont des hommes et des femmes ordinaires avec leurs idéaux et leurs principes qu’ils ne changeront pour rien au monde. Et on en découvre le lien avec Gueorguiy,  plutôt gentil et généreux,  qui devient un ombre de lui-même après cette rencontre avec les bandits du village, inoffensifs au premier regard, mais avec une flamme diabolique dans les yeux.  L’histoire s’intensifie : l’hiver froid, Gueorguiy avec la barbe paraît plus grand, plus mince, plus fatigué, il ne parle plus, il ne vit plus, il existe.  La dernière scène est son cri de douleur, le cri de la personne qui a perdu sa voix, son bonheur, sa vie…

Les cadrages et les prises de vues accentuent cette douleur immense, car on suit les personnages, on les abandonne, on vit dans le personnage. Le caméra bouge trop près, plus loin, saisit un fou qui traverse le marché, court, flotte au-dessus en créant plus de suspens.

Certes, « Mon bonheur » ne laisse pas indifférent, même si les méthodes brutes et rudes peuvent paraître radicales aux spectateurs. Des fois, il faut secouer le public pour le faire comprendre…

Mon bonheur, la bande-annonce

0 Flares Facebook 0 Google+ 0 Twitter 0 Pin It Share 0 LinkedIn 0 Email 0 0 Flares ×