__

La fête de Saint André

12 Déc 2012
saint-andre

Si vous êtes de passage en Ukraine le 12 décembre dans la soirée et qu’une jeune fille dans la rue vous demande votre prénom, ce n’est pas une manière de vous aborder. Si vous séjournez chez des amis dans un village ukrainien et que le matin du 13 décembre vous apercevez que le portail a disparu, ne faites pas de gros yeux. Je vous assure, ce n’est pas la magie du chiffre 13… Enfin, si, d’une certaine manière.

Je vais vous expliquer pourquoi ces « choses bizarres » sont acceptées par les Ukrainiens avec sourire. Le secret se cache dans les coutumes et les traditions de cette journée du 13 décembre.

Ce jour-là, les Ukrainiens fêtent la Saint André. Une ancienne légende chrétienne dit que l’apôtre André prêchait le christianisme à Constantinople, sur la côte de la mer Noire et autour de notre capital, Kyïv.

Cette fête est connue aussi sous le nom de Kalyta. Avant le christianisme, pendant la période entre le 1er décembre et Noël les païens avaient recours à la sorcellerie pour prédire l’avenir et suivaient le rituel qui consistait à « mordre » kalyta (gâteau traditionnel).

Comment s’amuse la jeunesse ukrainienne aujourd’hui en revisitant les traditions ? La divination est devenue sa distraction préférée. Les jeunes filles et les garçons mènent des jeux de prédiction pour connaître leur destin, et, particulièrement, le prénom de leurs futurs époux.

La divination la plus populaire est la dispersion de graines de chanvre, de lin ou de pavot dans la cour, dans une étable ou une grange en demandant à Saint André de montrer le fiancé dans le rêve. Après ce geste symbolique, s’apprêtant à se coucher, les jeunes filles croyaient que Saint André leur dévoilera leur destin:

*André, André,
Je sème du lin
Je traîne mes habits
Je veux trouver mon mari.

Le soir du 12 décembre, les jeunes filles préparent un gâteau à base de farine de blé et de miel qui s’appelle kalyta. Elles doivent toutes prendre part à la préparation de la pâte et à la cuisson du gâteau qui a une forme ronde avec un trou au milieu et décoré de raisins secs ou de cerises séchées. Le gâteau doit être bien cuit pour qu’il soit dur à croquer. Accroché à un fil rouge, les filles pendent kalyta à une poutre au milieu de la pièce de façon à pouvoir tirer sur le fil et ainsi remonter le gâteau avant que le garçon puisse le mordre.

Pour connaître le prénom de son futur époux, selon la croyance, il faut courir dans la rue et demander le prénom au premier passant. On peut également écrire des prénoms masculins sur des morceaux de papier, puis les plier, mélanger dans un chapeau, et d’en tirer un. Le prénom tiré au sort est celui de l’homme destiné à la jeune fille.

Les jeunes filles mettent aussi sur le rebord de la fenêtre une branche de cerisier ou de pommier ou un brin de violette dans un vase. Si la branche fleurit avant Noël, le 7 janvier, la jeune fille sera heureuse dans sa vie.

Pour les garçons, c’est le seul jour de l’année où toutes les bêtises sont permises. Les outrages, tels qu’enlever la porte de la clôture d’une maison, cacher l’œil de bœuf de la porte par le dentifrice ou recouvrir les vitres avec du carton pour que la lumière du jour ne puisse pénétrer, sont pardonnables ce jours-là.

La soirée de rencontre de la jeunesse ukrainienne la veille de la Saint André, le 12 décembre, est nommé « Andriyivs’ki vetchornytsi » (« soirées de la Saint Andrée »). Cette coutume empruntée aux ancêtres, est devenue une occasion de rencontrer quelqu’un à travers des jeux traditionnels et des concours, autour d’un bon plat ukrainien accompagné de la musique traditionnelle. Et vous, êtes-vous tentés ?

________________________

Source photos:
http://traditions.org.ua/kalendarni-sviata/zymovyi-tsykl/261-13-grudnia-vorozhinnia-gadannia-ta-zbytky-na-andriia
www.mokolad.com
Source texte:
http://ocls.kyivlibs.org.ua/ditachi/zima/andrij.htm
http://www.ukrajinci.cz/ua/ukrajinsjka-skola/detail/13-nnn-nnn-n-n-n--nnn/
http://www.mamajeva-sloboda.ua