___

« Orange love », 2006, le film d’Alan Badoev

30 Nov 2012
« Orange love », 2006, le film d’Alan Badoev

« Orange love», réalisé par Alan Badoev, Production: CineCity Production; Radio Active, durée 1h32, Ukraine, 2006.

Alan Badoev (10/01/1981) est un réalisateur ukrainien connu pour ses clips vidéo dans la plupart des cas, mais aussi pour ses films. Son caractère original, sa soif d’expérimenter et de découvrir font de lui un créateur d’image de nouvelle génération.

Son film « Orange love » est une histoire de Roméo et Juliette contemporains. Malgré le fait que le film a été hors concours au festival de Cannes, il a reçu des critiques positives dans beaucoup de pays. Il a été vendu en Angleterre, en Allemagne, en Chine, au Japon… Au festival « Kinoshok-2006 » (festival des films des pays de CEI,  Lituanie, Lettonie, Estonie), Alan a reçu le prix du meilleur réalisateur.

« Orange love » dévoile l’actualité ukrainienne, tout en étant neutre et dépourvu de tout contexte politique. Les événements forment un cadre, un fond sur lequel tout se passe. Un des sujets dont Alan Badoev parle est celui de SIDA, qui est rarement touché par d’autres réalisateurs et qui lui a permis d’englober le quotidien ukrainien sans rester trop thématique. Le genre de drame permet à Alan d’avoir cette touche « romantique » mais en même temps tellement vraie dans la description du quotidien de l’ancienne ville de Kyïv. La musique du groupe « Esthetic Education » vous permettra de plonger dans le film et peut-être mieux le comprendre.

Pourquoi autant de compliments ? Qu’est-ce qu’il a de particulier, ce film ?

Tandis que le cinéma ukrainien est rempli de films de l’époque soviétique ou inspirés par Hollywood, Alan Badoev essaye de créer un nouveau genre et une nouvelle approche dans son travail de réalisateur. Son amour pour de belles images fait de ce film tout d’abord une œuvre à voir.  Étant une personne créative, habituée à s’exprimer visuellement, Alan montre l’histoire de ses personnages à travers les images, et ce n’est qu’au deuxième plan que le texte submerge. Son film est plein de métaphores (sable qui coule évoque le flux du temps), d’angles de vue inhabituels, de pauses et de regards, ce qui forme le langage du film.

Tout à travers cet art visuel, le film raconte l’histoire d’un couple amoureux, une fille ukrainienne (Katya – Olga Makeeva) et un jeune homme russe (Roma – Alexei Chadov) dans le contexte de la Révolution orange de 2004. Lui, photographe, perçoit le monde grâce à son objectif, elle est violoncelliste, ce qui fait un ensemble audio-visuel agréable. Les deux partagent leur amour de marcher sous la pluie, de toucher, de se regarder… Un jour, ils reçoivent la possibilité d’avoir un appartement à Kyïv de la part d’un « joueur », mais il y a un pari : s’ils restent enfermés dans cet appartement jusqu’à ce que Roma meure (SIDA), les jeunes auront l’immobilier. Le « joueur » est une véritable incarnation de la mort, de la tentation, c’est le diable même qui tend la pomme défendue, d’où des problèmes dans la vie des amoureux. La lutte, les hésitations et les émotions dirigent les héros.

Vont-ils résister à cela, vont-ils surmonter ces épreuves? Je vous le laisse découvrir !