__

Eskiz Koda, minimalisme musical

29 Oct 2013
Eskiz Koda Ukraine-

Le duo acoustique Eskiz Koda en quelques mots: simple, entraînant, mélodique, flamenco, guitare.

Le groupe Eskiz Koda a été créé en avril 2010 à Kryviy Rih pour « pouvoir exprimer toutes nos émotions à travers la musique. Tout le monde comprend le langage musicale. Il ne faut ni traducteur, ni dictionnaire pour nous comprendre! » Sur 15 morceaux de leur premier album, il y en a deux en russe, mais leur musique reste La musique, alors le pari est bien gagné!

Maria Tcheba, 22 ans, et Vitaliy Telytchko nous font plonger dans leurs vagues pures des notes et des paroles, certes, minimalistes, mais oh comment envoûtants! Ça vient de la voix charismatique de Maria, une voix qui fait naviguer, danser, tourbillonner la chanson, et il y a aussi cette guitare classique de Vitaliy qui l’accompagne à la merveille et fait vibrer tout l’endroit où résonne leur musique jusqu’à la moindre poussière, le moindre recoin de la pièce, le moindre centimètre carré… Il y a cette énergie et ce dynamisme que tous les jeunes talents possèdent et donnent l’impression que le mouvement ne s’arrêtera jamais, que le monde ne peut qu’être meilleur et que tout cela est naturel et nous oublions juste d’ouvrir nos yeux.

Leur premier album « Minimalism » sorti en 2012 est un bon exemple de la musique indie-folk et pop ukrainienne. « Less is more » de Ludwig Mies van der Rohe explique ces deux lignes simples: voix et guitare. « Si on imagine la musique comme un espace où plonge le spectateur, alors le vide peut être rempli des inquiétudes, des fantaisies et des souvenirs de ce dernier. L’album est comme la recherche de sa place, propre à chacun ».

Maria écrit les textes, peut-être, parce qu’elle fait les études philologiques et s’intéresse beaucoup à la littérature, peut-être aussi parce qu’elle y arrive plutôt bien. Maria et Vitaliy ont fait connaissance lors de leurs cours à l’école de musique où ils apprenaient respectivement  le vocal et le jeu à la guitare.

Le but, le rêve, l’espoir (appelez-le comme vous le voulez) d’Eskiz Koda est de faire parler de la musique ukrainienne chantée en ukrainien [dans le monde entier] pour que cette langue mélodique regagne du terrain et redonne envie de l’apprendre. On ne peut que les féliciter, souhaiter « bon courage » et continuer à chanter et à jouer, nos oreilles et nos coeurs (ainsi que le reste de notre anatomie) en ont vraiment besoin!

« Дівчина із планети іншої » (про мою Ангеліну)

частина 1

Чуєш її кроки,
ти знову чуєш,
йде вона до тебе в гості-
це твоя доля
і на черзі новий постріл
з її револьвера,
ти ненавидиш її дурні манери.

Приспів:
Дівчина, дівчина
із планети іншої
захопила твій світ
і знов полетіла.(2р)

Скільки її бачив,
То розумів,
Що плаче індустрія моди
За її формами
Але за її мозком
Полють психіатри,
ТИ повинен єї захищати

частина 2

Тепер ти жалієш,
Що закосив від армії,
Що не народився в сім’ї генерала,
Що не маєш дозволу на зброю,
Що ти не супергерой.

Чоловіки, ми поздоровляли
Вас 23-го, пригощали,
Ви випивали, гучно сміялись,
Ні я зовсім не сумніваюсь.
Ми ж такі самі трудяги, і матері
Виросли в бізнес акул-одиначок,
В березні квіти і Durex-а пачку.
Жінці на свято останню заначку.

Полі- чи моно- гамія, чи манія,
Вигадка вумних людей і журналів.
Слухайте серце, відкиньте поради
Макса, Наташі і Верхньої Ради.

« Fille » (sur mon Angelina)
en français (traduit par Erika)

Partie I

Tu entends ses pas,
tu les entends de nouveau,
Elle vient te rendre visite –
c’est ton destin
Et un nouveau coup est préparé
depuis son revolver,
tu détestes ses manières ridicules.

Refrain:
Fille, fille
qui viens d’une autre planète
elle a envahi ton monde
et elle est repartie (x2)

Autant de fois que tu l’as vue,
tu savais
que l’industrie de la mode
pleure ses formes
mais que son cerveau
est un rêve pour les psychiatres,
Tu dois la protéger

Partie II

Maintenant tu regrettes,
que t’as fui l’armée,
que t’es pas né dans la famille de général,
que t’as pas de permission d’armes,
que t’es pas un super-héros.

Les hommes, on vous souhaitait
une bonne fête du 23*, vous faisait goûter,
Vous buviez, riiez fort,
Non, je n’ai aucun doute
On est aussi travailleuses, et mères,
devenues des requins solitaires d’affaires,
En mars, des fleurs et un paquet de Durex.
La dernière cachette pour la fête à la femme.

Poly- ou mono-gamie ou manie,
Invention des gens intellos et des journaux.
Ecoutez le coeur et rejetez les conseils
de Max, de Natacha ou du Conseil Suprême.

* – NdT – 23 février, fête de l’armée soviétique, transformée en fête des hommes

__________________
Source photo:
http://vk.com/eskizkoda