__

« orANGELove » par Mariia

04 Fév 2015
Orangelovegood

Un nouvel article de Mariia, étudiante à l’Université de Strasbourg. Bienvenue!


mariiaJe viens de l’Ukraine et je suis actuellement étudiante à l’Université de Strasbourg. En ce moment je suis en 1-ère année de Master en Cultures Littéraires Européennes. J’ai acquis une première expérience professionnelle au cours de mes précédents emplois et stages que j’ai effectués au sein de diverses sociétés dans le domaine du tourisme et de la traduction. Actuellement je voudrais travailler dans une sphère de médias, surtout écrire les articles sur les actualités, événements qui se passent en Ukraine maintenant, renseigner le grand public sur la vie d’ukrainiens.


Le couple est enfermé dans un appartement étrange dans le centre de Kiev. Selon les termes d’un certain jeu mystérieux, ils ne devraient pas quitter l’appartement avant la mort de son propriétaire qui est déjà dans un fauteuil roulant. Le prix: cet appartement et environ 200 milles euros. Mais l’amour d’automne est, en un tournemain, remplacé par l’idée du sida. Celui qui dicte des règles va mourir. En dehors de la fenêtre a lieu la révolution et Roman ne peut pas sortir de l’appartement et voir à travers l’objectif ce qui se passe. Le seul lien avec le monde extérieur – des lettres. On les glisse sous la porte. Dans l’une d’elles sont mentionnés les résultats des analyses que les deux héros principaux ont passées. L’ouverture de l’enveloppe coïncide avec l’évaporation instantanée du romantisme. Ils sont laissés seuls avec le problème dans un espace confiné.

À quel moment l’amour devient-il un sentiment pour lequel on peut commencer à faire des sacrifices? Et s’agit-il réellement de sacrifices? Ayant appris la nouvelle, Katya pousse Roman lequel tente de prouver qu’il veut être avec elle dans n’importe quelle circonstance. Il fait que le virus apparaît dans son sang. « Nous sommes du même sang », lui dit-il après. Pour quelques heures encore, ils sont heureux. Mais ce sont là les dernières heures.

Ils sont emportés par la recherche de l’issue de la situation qui n’existe pas encore. Ce sont eux qui l’ont inventée. Ils ont cru tous deux au pire. Le problème ne se produit pas lorsque les pires craintes deviennent réalité, mais quand il semble que nous n’avons ni le temps ni la patience d’attendre la nouvelle que la lettre précédente était fausse.

Elle avait disparu. Elle n’a pas agi comme une vraie femme mais en même temps totalement comme une vraie femme. Il s’est battu pour elle, pour eux jusqu’à la fin, elle n’a pu pas : est-ce de l’amour, de l’aversion, un vide de l’âme ? On ne sait pas.
Dès les premières images du film, on aperçoit le jeu magnifique des acteurs, qui nous charme d’emblée. Le rôle lourd de Roman est assez dignement joué par Alekseï Tchadov, qui avait tout juste 23 ans au moment du tournage. Grâce à son jeu, on pourrait d’abord penser que ce n’est pas du cinéma mais une vraie histoire sur la vie. Des regards et cris perçants, des gestes excessivement expressifs, des sentiments et l’abnégation dévoilent l’homme qui en premier lieu semble être indépendant de la vie. A la fin, nous le trouvons en amoureux désespéré à cause de la nouvelle terrible qu’il vient d’apprendre – l’infection de sa copine par le sida. Tout cela choque le spectateur effectivement par l’intensité et la vraisemblance de la joie menée.

Mais nous sommes plus encore saisis d’admiration devant le personnage de Katya. La jeune Olga Makeeva joue un personnage qui, si on le juge superficiellement, est passif. Dès le premier abord, Katya apparaît comme une jeune fille faible et impressionnable, au visage tranquille et qui n’exprime nulle émotion. Bref – une fille qui ne semble aucunement avoir un caractère ferme. Mais au fur et à mesure qu’on l’envisage derrière cette faiblesse apparente, on démasque une personnalité extraordinairement forte qui, pour avoir appris l’impossibilité de sa vie ultérieure, se trouve fort vaillante. C’est elle qui se souvient qu’il faut manger quelque chose, c’est elle qui commence à parler, qui joue de nouveau du violoncelle et boit du café.

Le rythme et la respiration d’image sont aussi impeccables que la joie des acteurs. Il n’est pas facile d’illustrer entièrement l’idée du film en enfermant les héros principaux dans un espace fermé où se déroulent 90 % des actions du film. Rares sont les cinéastes qui trouveront les couleurs nécessaires pour remplir cet espace qui, en dépit de sa taille très réduite, captive le spectateur au point que ce dernier ne peut détacher ses yeux de l’écran. Néanmoins, Alan Badoyev reussit ce tour de force. Le film semble être une photographie en mouvement avec des teintes d’orange qui se reflètent pratiquement sur chaque objet. L’image s’ouvre sur une pluie battante et sur du brouillard, avant que Roman et Katya ne se rencontrent. Mais après l’arrivée d’un tram orange, la couleur orange domine le film – les feuilles tombées, l’éclairage en extérieur, les oranges sur la table, les poissons dans l’aquarium. Tous ces détails sont de petits symptômes d’Orangelove qui se passe au fond de la révolution orange en 2004.

Un excellent accompagnement musical instrumental confère un charme particulier et provoque la catharsis chez le spectateur. La musique du groupe « Esthetic Education » permet de se plonger entièrement dans le film et de mieux le comprendre.
Quant à l’histoire du film, il semblerait que les sujets originaux se réduisent à 12 et que les autres n’en soient que des variations. Même si l’intrigue, plus précisément l’histoire d’un amour malheureux, n’est pas nouvelle, c’est néanmoins la première fois que les circonstances de l’histoire sur le territoire de l’ancienne Union Soviétique s’arrangent autour des thèmes du sida, de la perception du diagnostic, des sensations de la personne, qui apprend avoir été infectée. Et cette innovation, je la considère assez originale et admirable. Il faut aussi souligner que tout réalisateur n’est pas capable de combiner si harmonieusement et impeccablement dans un film une histoire d’amour et l’histoire d’un pays qui se développent parallèlement. On peut admettre que c’est en quelque sorte un mélodrame politique.

Les dialogues des héros méritent une attention particulière. Roman parle russe, Katya parle ukrainien. Pourtant ils se comprennent. D’abord il parle d’un ton haut, elle parle d’un ton bas. Puis leurs rôles s’inversent. Celui qui a fait la pire faute de sa vie commence à murmurer et enfin toute l’histoire se termine par le silence total.
Le montage exprime parfaitement le sens du film. Quasiment toute l’action se déroule dans le même espace mais cet espace foisonne de couleurs, de dynamisme et de métaphores. La couleur, le mouvement, les objets représentent les sentiments des héros: le brouillard, les pieds nus de Roman au début quand il est d’humeur triste; le désert avec le sable coulant qui apparaît au milieu de l’appartement et symbolise la fuite du temps et le vide de l’âme des héros quand ils apprennent la nouvelle à la clinique; une lampe qui saute quand Roman et Katya crient l’un à l’autre; la fumée grise et la robe noire dans laquelle est habillée Katya à la fin du film, qui expriment le tragique de la situation dans laquelle les héros se trouvent.

Alan Badoyev a également réalisé la série documentaire « La vie double deux », des courts-métrages tels que «Mademoiselle Zhivago», «La trace 2000 », «5 minutes ou les légendes du temps tué ». Mais il a acquis une renommée internationale peu après la sortie de son premier long métrage « orANGELove » en 2006. Au Festival de Cannes où le film était hors compétition, les critiques européens l’ont appelé premier vrai film du nouveau cinéma ukrainien. Il s’est vendu dans de nombreux pays comme l’Angleterre, l’Allemagne, la Chine et le Japon. Au festival « Kinoshok-2006 », Alan a reçu le prix du meilleur réalisateur.

En conclusion, on peut dire que ce film est un véritable chef-d’œuvre du cinéma ukrainien qui, à travers les images en mouvement, raconte l’histoire d’un couple amoureux dans le contexte de la Révolution orange de 2004 en touchant en même temps le sujet épineux du SIDA. Le jeu excellent des acteurs, l’esthétique de montage du film, la lutte, les émotions, les hésitations qui gagnent Katya et Roman pendant tout le film captivent le lecteur d’un bout à l’autre de l’œuvre.